lundi 20 avril 2009

Parce que je m'y remets tout doucement ...

Et bien oui, les Chroniques d'Ilear ne sont pas mortes,
elles commencent même à revivre !!

Et c'est l'occasion d'un challenge sur La caverne d'Hito,
où il fallait écrire un passage de notre histoire en incluant le mot "injure",
que j'ai réussi à écrire un petit passage, en incluant la première rencontre entre Irnia et Nathaniel ...
Enfin, je dis la première rencontre, mais ce n'est pas la première rencontre héhé
Mais ceci est une autre histoire ...

Je vous laisse donc lire la version longue, plus intéréssante !
(il y avait une limite de lignes, mais j'ai commencé par écrire ceci,
pour ensuite réduire afin d'être dans mes limites données pour la challenge ^^)

--------------------------

En se baladant dans l’immense édifice qui constituait l’Eglise de Gil’Ead, Irnia se retrouva dans ce qui semblait être la cuisine du monastère. Etudiant calmement ce monde si étranger à celui qui était jusqu’alors le sien, Irnia fut surprise lorsqu’elle vit qu’un prêtre était entré dans la pièce, et se tenait tout près d’elle à présent. Ses sens étaient brouillés dans ce monde nouveau, et elle ne l’avait même pas entendu arriver. Il la dévisageait ouvertement. Elle se permit d’en faire autant.

L’homme était jeune, plutôt grand. Il portait la tunique des prêtres, ainsi qu’un collier de petites perles grises autour du cou. Ses cheveux étaient blancs comme la neige, et ses yeux, à l’inverse, étaient entièrement noirs.

- Ou avez-vous eu cette boucle d’oreille, mademoiselle ?

Prise au dépourvu, pensant être réprimandée sur sa venue en ce lieu plutôt que sur un bijou dont elle avait presque oublié l’existence étant donné le temps depuis lequel elle le portait, Irnia mit un certain temps pour répondre. Et ses paroles furent d’autant plus sèches que l’avaient été celles du jeune moine. Elle était peut être en territoire inconnu, mais elle n’en restait pas moins libre.

- Et qui êtes-vous pour me demander cela ?

Le jeune homme sembla s’énerver, puis essayer de contrôler la fureur qui grondait visiblement en lui. Il finit par se fâcher, et se jeta sur la jeune fille, la plaquant au sol, tentant tour à tour de l’étrangler puis de lui ôter la boucle en question.

- Ou as-tu donc eu cette boucle ? Qui as-tu tué pour l’avoir ? Parle ! Assassin, catin, impie, détritus de la pire espèce !

Malgré son corps relativement fin, le moine enragé tenait prise.
« Ne jamais brutaliser quelqu’un d’inoffensif » lui avait dit et répété son cher maître. Irnia connaissait là un vrai dilemme : ennemi ou ami ?! Devait-elle attaquer ou attendre éventuellement que le moine se calme ? Car malgré la pression qu’il exerçait sur le cou de la jeune fille, celle-ci était habituée à bien pire. Mais qui aurait pu imaginer un tel caractère, une telle force à la vue de ce visage d’ordinaire naïf et serein, et de ce corps visiblement chétif ?
Ce n’est que lorsqu’elle prit enfin sa décision qu’un moine supérieur entra dans la pièce, pas choqué le moins du monde par la scène.

- Frère Nathaniel, le frère Alberin vous demande.

Le jeune homme relâcha son étreinte puis se leva, et remis sa tunique. Cela ne calma pas pour autant Irnia.

- Que vous ai-je donc fait, pour que vous me traitiez de la sorte et que vous me lanciez de pareilles injures au visage ? demanda-t-elle méchamment.

Il la fixa droit dans les yeux, puis glissa une mèche de ses longs cheveux blancs derrière son oreille, dévoilant sa boucle d’oreille. La même que celle d’Irnia.

- Il n’existe qu’une seule autre boucle comme celle-ci. Et visiblement, c’est vous qui la portez.

***